Rueil 7-8 octobre 2006 - écoute OnkenW 3 voies

En ce week-end d'octobre, on se retrouvait à Rueil, notre lieu de réunion habituelle, pour une mise en oeuvre du système OnkenW, en "configuration ETF'05" :

On a testé des transformateurs désymétriseurs en sortie du Studer A730. Le premier utilise des transfos Schlumberger, l'autre des transfos Sowter.
Madotec nous avait prêté des amplis Flying Mole à tester :

Récit de Jérôme

Avec aussi peu de changement par rapport à une configuration qui ne marchait pas trop mal, on pensait avoir assuré le coup, surtout que grâce à la formation dispensée par de Jean-Michel Le Cléac'h, on était autonome pour aligner proprement le système (ce qu'on a fait).
Seulement voilà, le résultat n'a pas du tout été à la hauteur des précédentes sorties, avec en particulier une résonance désagréable, impossible à éliminer même en essayant différents niveaux de volume sonore.

Ce n'est qu'après de nombreux changements de maillons (source, ampli de grave, ampli de médium...) qu'on a compris l'origine du problème : la sensibilité de l'amplificateur d'aigu doit être trop faible, ce qui par contrecoup amène à délivrer une puissance trop réduite aux autres amplificateurs. Le rendement de l'aigu (tweeter 2405, 105dB/1m/1w) n'est pas très élevée comparée à celles du médium (109dB/1W/1m) et du grave (100dB/1W/1m). On est donc obligé de mettre les potentiomètres du filtre actif au maximum pour l'aigu, et presque au minimum pour les autres voies, tout en envoyant beaucoup de niveau dans le filtre actif, qui lui a un gain unitaire. Or, ce filtre actif sature à 2.5Vrms, il est probable qu'on a dépassé cette valeur, d'autant qu'on a tendance à écouter à fort volume, et que le Studer peut délivrer jusqu'à 10V pour le 0dB numérique.

De plus, on a voulu bien faire en désymétrisant les sorties XLR du Studer avec une paire de transformateurs de modulation. Mais vu leurs tailles (un cube de 3 cm de côté) ils n'étaient manifestement pas capables de supporter le niveau délivré par le Studer, on arrivait sans doute assez vite à la saturation du noyau.

Moralité : dans cette configuration, il faudrait un ampli d'aigu plus sensible, et une paire de transformateurs de modulation plus costauds.

En revanche, côté logistique, on commence à réellement maîtriser : avec les grosses roulettes sous les ONKEN W et les prises SPEAKON (à la place de câbles captifs un peu courts), bouger les ONKEN W devient un vrai plaisir.

Raoul

Au cours de ce week-end, mon attention était particulièrement focalisée sur le test des amplis Flying Mole dans le grave.

On a commencé par écouter avec les Bryston, pour partir d'une configuration connue. Après une petite d'heure d'écoute, on a mis les DAD M310 à la place. La différence a été immédiatement perceptible : grave plus tendu, plus énergique. On a gagné par rapport aux Bryston sans rien avoir perdu.
Ensuite, on a mis le MA S160. La stupéfaction était générale : tout était plat, le registre grave était devenu lymphatique. C'était un des moins bons rendus qu'on ait eu sur les OnkenW. On a vite remis les DAD M310.

Dimanche en milieu d'après-midi (c'est le moment où on a pris l'habitude d'arrêter les expérimentations, de se caler sur une configuration qui marche et de laisser couler la musique), on se dit qu'on pourrait remettre les Bryston.
Au début, on retrouve l'écart constaté lors du premier changement d'ampli, samedi. Comme ça fonctionne de façon assez satisfaisante, on laisse tourner.
Un moment plus tard, j'ai comme une sorte de révélation : la musique a gagné en "humanité", il y a une articulation que n'avait pas le Flying Mole.
Il semble bien qu'après 2 ou 3 heures de chauffe, que le Bryston s'exprime au mieux de ses possibilités, et qu'alors l'écart avec le DAD M310 tombe et qu'il reprenne l'avantage sur l'ensemble de la restitution.

Quelques autres auditeurs me rejoignent sur cette impression, dont FrançoisD qui rappelle que sa meilleure écoute de la voie grave a été celle avec le ML23 Mark Levinson. Opinion que je rejoins, j'ajouterai pour ma part certaines mises en oeuvre réussies du Krell KSA50 de Serge.

Il manquait un challenger à cette confrontation : le CL3 qu'on a pu apprécier en juin dernier.


 
nous rejoindre • 
join us •